La Mort et Mourir

Avr 5, 2013 | Non classifié(e)

en

La mort est le fait le plus commun de l’existence humaine, mais au lieu de se préparer à faire face à ce moment, la plupart choisissent de l’ignorer, de l’éviter – et certains semblent refuser d’entendre parler de la mort. Sans exception, nous ferons tous face à la mortalité du corps de nos êtres chers et de notre propre corps physique. La plupart des gens pensent que c’est la fin de la vie ; c’est peut-être la fin de la physicalité, mais certainement pas de la conscience. À l’hôpital, plusieurs corps humains sont maintenus artificiellement « en vie ». Nous pensons que nous pouvons contrôler la vie, ce qui est possible, mais pas par des moyens artificiels. Notre contrôle provient de notre maîtrise, de notre sagesse et de notre conscience universelle. Et cela n’arrivera pas si nous ne comprenons pas le mystère et l’illusion de la mort. La mort n’a pas encore été intégrée dans l’expérience de la vie … en tant que connaissance de la vie, en tant que sagesse de la vie. La mort n’existe pas vraiment; notre être est au-delà de l’expérience de la naissance ou de la mort – nous sommes éternels.

La peur de la mort vient d’un manque de connaissance, de l’ignorance, car la plupart d’entre-nous considèrent l’existence à travers l’identification au corps, ce qui est faux. Nous jouons un rôle; nous changeons de costume – voilà ce qu’est notre corps. C’est un jeu de la conscience. Toute crainte s’évanouit lorsque nous vivons dans la connaissance de qui nous sommes vraiment, de notre véritable identité. Il y a en nous une conscience libre à découvrir. L’introspection nous sert à comprendre que nous vivons dans un monde de mensonge. Ce n’est qu’en sortant de l’ignorance, du mensonge et de la dualité que nous faisons l’expérience de la vraie connaissance.

Lorsque nous savons qui nous sommes vraiment, nous nous rendons compte que le corps peut être détruit, peut être tué même, mais jamais l’éternel en nous qui est la conscience pure, indestructible, sans naissance ni mort, cette partie immortelle de nous-mêmes, notre âme. L’introspection, le silence, la méditation, la sadhana et les pratiques spirituelles nous libèrent de l’expression de la peur la plus profonde et nous mènent à l’expérience de la vie sans la mort.

Ceux d’entre vous qui pouvez voir « la mort », peuvent profiter de cette occasion pour votre sadhana – voir le corps se désagréger, se trouver dans un cimetière, devenir poussière ou être incinéré. Cette personne a peut-être été un être très, très riche et très égoïste. La mort a pris leurs richesses. Lorsque l’on quitte la planète, tout ce qui est matériel reste ici. Pour être avec Dieu, nous sommes seuls. Plusieurs craignent d’être avec Dieu, de rencontrer Dieu. L’expérience de la mort peut être très paisible, tout comme quand on s’endort, totalement à l’aise et on ne se réveille pas. Imaginez que vous vous endormez pendant des centaines de nuits et un jour, vous vous réveillez sous une forme différente. Cela peut être une belle expérience, seulement lorsqu’il n’y a pas de peur présente. Soyez heureux pour celui qui quitte son enveloppe physique – c’est la liberté, c’est l’amour, libre de la dualité, de la douleur, du plaisir, du bien ou du mal. Le Soi, l’Âme, l’Atma n’est pas en train de mourir.

Il est possible de permettre à quelqu’un de quitter ce plan en paix, en chantant le nom divin de Dieu, en lisant les écritures sacrées ou en évoquant un moment sacré. Voilà comment sera l’expérience de la mort – lorsque l’on fait de bonnes actions, on peut mourir en paix. Au moment de la mort, la richesse, les bonnes positions sociales, les maris, les épouses et les possessions ne veulent rien dire, peu importe combien nous en avons … nous quittons tous ce monde sans possession matérielle. Les richesses du monde n’ont aucun sens à ce moment là, seulement la richesse intérieure. Les richesses divines nous mènent au Divin. Selon la façon dont nous avons vécu notre vie, nous allons expérimenter une de ces deux voies – seulement deux voies: l’une est lumière, beauté, joie, contentement et fusion avec la Divinité; l’autre est non-lumière et fondée sur la peur.

Le corps est un champ où tout ce que l’on sème, on le récolte; oui, nous récolterons les conséquences de nos actions. Préparez-vous bien pour le dernier voyage physique. Si vous choisissez la délivrance et la liberté, soyez vigilant, toujours dévoué à Dieu, dévoué à l’amour, car l’Amour est Dieu et Dieu est Amour.

Dans la Victoire de l’Amour,

Vôtre Éternellement,